Découvrez les tendances les plus importantes en matière de cybersécurité pour 2024 selon plusieurs analystes tels que Gartner, Google, Forrester, IDC et SealPath. Cet article rassemble les réflexions prospectives et vise à vous aider à lutter contre les cybermenaces en 2024 et à être au courant des dernières nouveautés pour améliorer votre réactivité et votre adaptabilité.

Table des matières :

1. Principales tendances en matière de cybersécurité prévues pour 2024 par les experts du secteur

Les principaux cabinets d’analyse ont indiqué que 2024 serait une année charnière pour la cybersécurité, avec des changements d’orientation significatifs. Cette section vise à explorer six prédictions clés pour 2024.

1.1 L’IA et l’apprentissage automatique transformeront davantage l’avenir de la cybersécurité en 2024.

L’IA comme facilitateur de l’innovation et du développement

Comme nous l’avons vu, de nombreux fabricants de technologies ont intégré l’IA pour améliorer leur service. Cette tendance ne cessera de croître dans le secteur de la cybersécurité, qui voit dans son utilisation un avantage concurrentiel important. Nous assisterons à l’émergence de nouvelles technologies, mais aussi à l’amélioration de nombreuses autres technologies existantes, comme les outils de classification des données alimentés par l’IA et la ML. Par conséquent, les responsables de la sécurité devront être au fait des derniers développements et informés des nouvelles capacités à leur disposition afin d’avoir les meilleurs outils à leur disposition. De nombreux outils et technologies familiers peuvent avoir subi des changements significatifs, ou de nouveaux outils peuvent être apparus pour répondre à des besoins sans précédent.

L’IA nous aidera à détecter, éviter ou neutraliser les menaces, en passant de mesures réactives à des stratégies proactives, grâce à la détection d’anomalies en temps réel, à l’authentification intelligente et à la réponse automatisée aux incidents. Les cyberdéfenseurs utiliseront l’IA géniale et les technologies connexes pour renforcer la détection, la réponse et l’attribution des adversaires à grande échelle, ainsi que pour accélérer l’analyse et d’autres tâches fastidieuses. Une utilisation importante de l’IA aide les organisations à synthétiser de vastes quantités de données et à les contextualiser en renseignements sur les menaces, ce qui permet ensuite de générer des détections et des analyses exploitables. Il s’agira de l’une des plus grandes transformations pour les organisations qui exploitent l’IA à des fins de sécurité dans les années à venir, ce qui les aidera en fin de compte à réduire la charge de travail, à faire face à la surcharge de menaces et à combler le fossé grandissant entre les talents.

L’IA, un facteur de risque croissant

Les codes générés par l’IA pourraient être utilisés pour révéler des vulnérabilités, mais ils pourraient aussi être à l’origine de certaines failles de sécurité qui conduisent à des violations. Forrester prévoit qu’au moins trois violations de données se produiront l’année prochaine et qu’elles seront publiquement imputées à un code généré par l’IA non sécurisé, en raison de failles de sécurité dans le code généré lui-même ou de vulnérabilités dans les dépendances suggérées par l’IA. Dans le même temps, les données utilisées pour former l’IA peuvent être compromises en cas de violation, donnant accès à de grandes quantités d’informations sensibles qui peuvent causer de graves préjudices aux entreprises.

Nous assisterons à des attaques plus sophistiquées et plus intelligentes basées sur l’IA. Cela va des tentatives d’ingénierie sociale de type deepfake aux logiciels malveillants automatisés qui s’adaptent intelligemment pour échapper à la détection. Dans ce cas, il est essentiel de connaître les dernières techniques utilisées avec l’IA et de mettre en place les mesures de sécurité les plus avancées pour éviter des conséquences majeures.

Les LLM permettent aux attaquants de saisir un contenu valide et de créer une version modifiée qui apparaît, circule et se lit comme l’original, mais qui répond aux objectifs de l’attaquant. Grâce à l’intelligence artificielle, les attaquants seront également en mesure d’exécuter ces campagnes à grande échelle. Si un pirate a accès à des noms, des organisations, des titres de postes, des départements ou même des données de santé, il peut désormais cibler un grand nombre de personnes en leur envoyant des courriels très personnels, adaptés et convaincants.

Implications de l’IA et de l’apprentissage automatique – Nos recommandations

L’IA peut considérablement renforcer la cybersécurité, non seulement grâce à la détection d’anomalies en temps réel, mais aussi grâce à des systèmes d’identification intelligents qui empêchent tout accès non autorisé. La réponse automatisée aux incidents, alimentée par l’apprentissage automatique, dotera les organisations de la capacité de répondre aux menaces avec une rapidité sans précédent. Les entreprises devraient établir des partenariats avec des fournisseurs de services de sécurité de l’IA de confiance. Toute adoption de l’IA devrait également suivre un processus de validation minutieux afin de s’assurer que les modèles produits sont fiables et performants.

1.2 L’importance croissante de la confidentialité des données est prévue pour 2024

Selon Gartner, d’ici 2024, environ 75 % de la population mondiale verra ses données personnelles protégées par des réglementations en matière de protection de la vie privée. La multiplication des réglementations en matière de protection de la vie privée dans le monde oblige les entreprises à se concentrer davantage sur les tendances en matière de confidentialité des données afin de répondre à l’évolution des exigences réglementaires et de protéger les données personnelles sensibles. Selon Gartner, c’est en 2024 que les dépenses consacrées à la confidentialité des données devraient enregistrer le taux de croissance le plus élevé, avec une augmentation de plus de 24 %, de sorte que la confidentialité reste une priorité absolue pour les organisations.

Parallèlement à la multiplication des réglementations en matière de protection de la vie privée, les consommateurs sont de plus en plus conscients de leurs droits en matière de données. La soif de contrôle des données amènera les consommateurs à exiger une plus grande transparence de la part des entreprises lorsqu’il s’agira de traiter leurs informations. Cette nouvelle prise de conscience du public sera un moteur important, avec une plus grande importance accordée au traitement des demandes de respect de la vie privée par la technologie et l’augmentation des demandes des personnes concernées.

En 2024 et au-delà, il est clair que la confidentialité des données jouera un rôle de plus en plus central dans le domaine de la cybersécurité. Comme ces tendances continuent d’évoluer, il incombe aux organisations de toutes sortes de rester vigilantes, informées et, surtout, conformes.

Implications en matière de confidentialité des données – Nos recommandations

Avec l’introduction attendue de nouvelles législations sur la protection de la vie privée dans le monde, le non-respect de ces législations entraînera également de lourdes amendes et des atteintes à la réputation. Les organisations devraient procéder à des audits réguliers pour s’assurer qu’elles sont en conformité avec toutes les lois relatives à la protection de la vie privée. Il est également recommandé de mettre en œuvre des solutions technologiques de protection de la vie privée dès la conception, telles que la gestion des droits numériques, qui prend en compte la protection de la vie privée dès la phase d’installation initiale plutôt qu’après coup. Il est également important de sécuriser ces données dans leurs trois états : en mouvement, au repos et en cours d’utilisation.

1.3 En 2024, on s’attend à une augmentation des architectures et des approches de confiance zéro.

Alors que nous nous aventurons dans le paysage technologique de 2024, la maturation profonde des architectures de confiance zéro s’est en effet accentuée. La philosophie sous-jacente de la confiance zéro, qui préconise une approche « toujours vérifier et jamais faire confiance », a évolué de manière dynamique à mesure que le tissu technologique se complexifiait et que la stratégie de sécurité s’intégrait étroitement dans les récits d’entreprise.

La confiance zéro élimine fondamentalement la notion de périmètre de sécurité à l’intérieur duquel l’activité du réseau est jugée digne de confiance. Ce principe s’étend désormais au-delà des murs du réseau de l’entreprise pour englober les travailleurs à distance, les organisations partenaires collaboratives et une nuée d’appareils IoT. Cette expansion n’est qu’un témoignage de l’évolution du paysage des menaces auxquelles sont confrontées les entités numériques.

Comme nous l’avons vu dans des articles récents, le modèle de confiance zéro s’est métamorphosé, passant d’une configuration de sécurité réseau purement technique à une approche adaptative et holistique qui s’aligne parfaitement sur le paysage complexe des menaces de l’ère numérique. En fait, la flexibilité et l’adaptabilité de cette approche ont aidé les organisations à répondre à l’évolution rapide du travail à distance au cours des récents événements mondiaux.

En outre, le modèle de confiance zéro de Google, connu sous le nom de « BeyondCorp », offre une perspective nuancée sur la mise en œuvre pratique des principes de confiance zéro à grande échelle. Ces explorations perspicaces ont considérablement contribué à l’évolution et à la compréhension des architectures de confiance zéro.

Avec l’explosion imminente des big data et des systèmes informatiques complexes d’ici 2024, on prévoit que les protocoles de confiance zéro seront normalisés pour la gestion des risques. Au fur et à mesure de ces transitions en matière de sécurité numérique, les entreprises devraient envisager stratégiquement de revoir leurs architectures de sécurité, en procédant aux ajustements nécessaires conformément aux méthodologies « Zero Trust », afin de faire face aux nouvelles menaces.

Implications de la confiance zéro – Notre recommandation

Les solutions traditionnelles de sécurité des réseaux s’avèrent insuffisantes pour faire face aux menaces modernes. Cette pertinence croissante de l’architecture « zéro confiance » réaffirme que les entreprises ne devraient jamais faire automatiquement confiance à quoi que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de leur périmètre et qu’elles doivent au contraire toujours procéder à des vérifications pour maintenir un réseau de sécurité solide. Les entreprises devraient adopter une approche de la sécurité fondée sur la confiance zéro, dans laquelle chaque utilisateur et chaque appareil sont considérés comme potentiellement hostiles, qu’ils opèrent à l’intérieur ou à l’extérieur de l’infrastructure de l’entreprise. Cela constitue une base solide pour des mesures de sécurité renforcées.

1.4. L’intégration de la cybersécurité et de la stratégie d’entreprise sera une tendance croissante

Les meilleurs experts du secteur prévoient qu’il sera encore plus nécessaire d’intégrer de manière transparente les stratégies de cybersécurité dans des objectifs commerciaux plus larges. En se concentrant sur une approche holistique qui combine la technologie, les procédures et le personnel qualifié, les organisations sont invitées à donner la priorité à la sécurité en tant qu’élément intégral affectant le succès à long terme.

Cette évolution implique un changement de perspective : les organisations doivent considérer les investissements en matière de cybersécurité comme des apports précieux pour la croissance et la durabilité, et non comme de simples coûts. Mesure défensive visant à protéger les actifs de valeur, la cybersécurité peut également être un catalyseur de croissance pour les entreprises lorsqu’elle est correctement intégrée.

L’alignement de la cybersécurité sur les stratégies d’entreprise garantit que les mesures de sécurité sont en phase avec les objectifs et les plans de croissance de l’organisation. Cet alignement réduit les vulnérabilités tout en simplifiant les efforts de mise en conformité avec la réglementation et en renforçant la confiance des parties prenantes.

Les dirigeants doivent reconnaître le rôle essentiel de la sécurité dans la construction de l’avenir de l’entreprise, en stimulant l’innovation et la compétitivité. Alors que l’empreinte numérique continue de s’étendre et que les risques commerciaux deviennent de plus en plus complexes, il n’y a pas de meilleur moment pour que les organisations donnent la priorité à l’intégration de la cybersécurité dans leurs plans stratégiques. Cette intégration conduira en fin de compte au développement et au maintien d’une entreprise sûre, adaptable et prospère.

Implications de la cybersécurité et de la stratégie d’entreprise – Notre recommandation

La cybersécurité, lorsqu’elle est efficacement intégrée à la stratégie de l’entreprise, peut faciliter la continuité de l’activité, l’innovation et l’avantage concurrentiel. Considérée comme un moteur de croissance, la cybersécurité a un impact positif sur la santé financière d’une organisation. Les entreprises devraient adopter une approche de la cybersécurité fondée sur les risques et conforme à leurs objectifs commerciaux généraux. À cette fin, la présence d’un responsable de la sécurité de l’information (CISO) qui rend compte au conseil d’administration permet de maintenir une orientation stratégique sur les mesures de cybersécurité. Découvrez les cinq principales préoccupations d’un responsable de la sécurité de l’information et les meilleures pratiques.

1.5 La cybersécurité dans la salle du conseil d’administration ne sera pas étrangère en 2024

La cybersécurité est passée d’une préoccupation technique isolée dans le département informatique à une priorité stratégique qui exige l’attention des plus hauts responsables de l’organisation. Des cabinets d’études de premier plan comme Gartner prévoient que d’ici 2026, près de 70 % des conseils d’administration comprendront un membre possédant une expertise substantielle en matière de cybersécurité, ce qui témoigne de l’importance croissante de ce domaine dans la prise de décisions stratégiques.

L’intégration d’une expertise en cybersécurité au niveau du conseil d’administration s’accompagne de plusieurs avantages substantiels. Elle permet aux organisations de passer d’une position purement réactive à une défense proactive, garantissant que l’entreprise est bien équipée et préparée pour faire face aux menaces émergentes. Il ne s’agit pas seulement de se prémunir contre les cybermenaces potentielles, mais aussi de tirer parti des possibilités offertes par la préparation.

Implications de la cybersécurité dans la salle du conseil d’administration – Nos recommandations

La cybersécurité devenant une priorité stratégique, la formation des dirigeants devrait également porter sur les questions de cybersécurité afin de garantir que les décisions prises au sommet sont conformes aux exigences en matière de cybersécurité. Envisagez de nommer un conseiller en cybersécurité au sein du conseil d’administration pour veiller à ce que les questions de sécurité importantes ne soient pas négligées dans les discussions stratégiques. Cette personne doit avoir une compréhension générale de l’entreprise ainsi qu’une connaissance approfondie de la cybersécurité.

1.6 La cyber-résilience pour assurer l’avenir – Au-delà de la cybersécurité en 2024

Contrairement à la cybersécurité, les stratégies de cyber-résilience sont conçues pour garantir la continuité des opérations, même en cas de violation réussie. Ces stratégies visent à assurer un rétablissement rapide avec une perte de données et un temps d’arrêt minimaux, faisant de la cyber-résilience une priorité stratégique en 2024. Récemment, une nouvelle réglementation de l’UE pour le secteur financier a été publiée, Dora, Digital Operational Resilience Act (loi sur la résilience opérationnelle numérique). Cela démontre la pression accrue exercée sur les régulateurs pour qu’ils mettent en place des mesures de résilience.

En 2024 et au-delà, il est conseillé aux organisations de se concentrer sur leurs mesures de cybersécurité et de cyberrésilience. Elles doivent viser non seulement une défense solide contre les cybermenaces, mais aussi un système de récupération efficace qui leur permette de rebondir avec un minimum de dégâts.

Au-delà de la sécurité informatique, l’adoption de la cyber-résilience est d’une importance capitale pour la résilience de la chaîne d’approvisionnement mondiale. Dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, un cyberincident dans une partie de la chaîne d’approvisionnement peut se répercuter sur l’ensemble des réseaux et provoquer une perturbation généralisée. Il est donc essentiel de disposer de pratiques solides en matière de cyber-résilience pour minimiser ces perturbations, se rétablir efficacement et assurer le bon fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement.

Implications de la cyber-résilience – Nos recommandations

La cyber-résilience représente le niveau suivant de la cybersécurité, où la capacité à récupérer rapidement après une attaque est tout aussi cruciale que les efforts visant à prévenir les violations. Il est donc primordial de mettre en place une stratégie de cyber-résilience solide, afin d’assurer la mise en place d’un mécanisme de récupération robuste. Mettez en œuvre des mesures proactives telles que des systèmes de sauvegarde robustes, des plans de redondance et des programmes de formation des employés afin de minimiser l’impact d’une attaque potentielle. Les plans de renseignement sur les cybermenaces et de réponse aux incidents doivent également être améliorés en permanence sur la base des tendances émergentes. En investissant dans une cyber-assurance, vous protégez davantage vos actifs financiers en cas de violation.

2. Priorités prévues en matière de cybersécurité en 2024

Adoption de l’authentification sans mot de passe

D’ici 2024, l’authentification sans mot de passe devrait devenir une pratique courante dans le cadre des mesures de sécurité, comme l’a fait remarquer Security Magazine. Cette technologie, dont l’efficacité a été démontrée dans la prévention des violations de données déclenchées par des mots de passe faibles ou compromis, offre une expérience transparente et sécurisée aux utilisateurs tout en gérant l’accès aux actifs numériques.

Mise en œuvre de mesures de protection des données et de la vie privée

Les réglementations devenant de plus en plus spécifiques et étendues, comme le nouveau règlement européen NIS2, les exigences relatives à la mise en œuvre de mesures de sécurité centrées sur les données deviennent plus importantes, comme le décrit le Gartner Forecast pour 2024, où la confidentialité des données est soulignée comme une priorité absolue pour les organisations. La sensibilité croissante à la confidentialité des données obligera également les organisations à mieux se préparer si elles ne veulent pas nuire à leur réputation.

Progrès de la technologie Deepfake

La sophistication de la technologie deepfake pourrait atteindre des niveaux sans précédent d’ici 2024, comme l’a fait remarquer The Drum ici. L’utilisation potentiellement abusive des deepfakes pour diffuser des informations erronées, perpétrer des fraudes et perturber les opérations obligera les organisations à investir dans des outils de détection et d’atténuation avancés.

La cyber-résilience dans les chaînes d’approvisionnement mondiales

Dans le droit fil de notre discussion précédente, il sera primordial de garantir la cyber-résilience des chaînes d’approvisionnement mondiales, comme le décrit Bloomberg. On attend des organisations qu’elles aillent au-delà des mesures traditionnelles de cybersécurité, en se concentrant sur le maintien de la continuité des activités, même après un cyberincident.

Dépenses consacrées à la sécurité dans les nuages

En 2024, les priorités en matière de cybersécurité se recentrent sur la sécurité du cloud. Gartner prévoit un taux de croissance de 24,7 %, le plus élevé du secteur, pour les dépenses dans ce domaine. Le catalyseur de cette montée en puissance est l’adoption croissante des services de cloud public. Cette augmentation prévue atteste d’un fait essentiel : à l’approche de 2024, les entreprises apprécient la valeur des mesures de sécurité avancées et efficaces dans le domaine du cloud computing.

3. Tendances futures de la cybersécurité Conclusion

2024 continue de présenter des tendances passionnantes qui devraient façonner l’industrie. En résumé :

  • IA et apprentissage automatique : Cruciales pour l’innovation en matière de cybersécurité, mais présentant des risques.
  • Protection des données : Les exigences réglementaires exigent que l’on mette davantage l’accent sur la protection des données.
  • Architectures de confiance zéro : Essentielles pour la gestion des risques dans les paysages numériques en évolution.
  • Cybersécurité et stratégie d’entreprise : Une approche holistique pour assurer une croissance durable.
  • Leadership en matière de cybersécurité au sein du conseil d’administration : Indispensable pour donner la priorité à la cybersécurité dans les décisions de l’entreprise.
  • La cyber-résilience : Cruciale pour maintenir la continuité de l’activité après les violations.

Restez informé et proactif pour sécuriser vos actifs numériques face aux tendances de la cybersécurité en 2024. Préparez dès aujourd’hui votre organisation à un avenir plus sûr. Chez SealPath, nous pouvons vous aider de manière simplifiée dans votre démarche de protection de la vie privée. Contactez nous ici.